Author Archives: Guichard

  • 0
Affiche Concert web

  • 0

  • 0

Journée Spéciale APHL SPORT le samedi 8 juillet 2017

Category : Articles APHL

L’association Sportive l’APHL SPORT a le plaisir de vous inviter à participer à la clôture de la saison sportive 2016 / 2017 qui aura lieu sur la place Avicienne à SAINT JEAN DE BRAYE (45800) avec les infrastructures sport et loisirs du parc du pont Bordeau.

PROGRAMME
Pratique des activités APHL SPORT
De 10h00 à 12h00
Pause pique-nique de 12h00 à 14h00

14h00 discours des responsables et dirigeants de l’APHL SPORT et du Président de l’association JEUNES ABRAYSIENS SOLIDAIRES (JAS) en partenariat avec l’association APHL SPORT.
Rencontre avec les responsables des clubs sportifs.

15h00 présentation des activités APHL SPORT par les sportifs de chaque activité et par les entraîneurs
(Foot à 7, pétanque, basket, tennis de table, rugby, taekwondo)

De 16h00 à 17h00 Zumba , avec flash mob : présentation par les travailleurs de l’ESAT Paul-Lebreton puis avec tout le monde
Démonstration et initiations :
Karaté, Judo, Boxe par des intervenants extérieurs
Danse hip hop :

17h00
Pratique des activités sportives et ateliers jeux.

17h30 à 18h30
Des Ateliers de découvertes seront proposés et organisés par l’association L’ASELQO animation urbaine de l’Argonne.
Fin de la journée avec un chant.
Et pour terminer en beauté cette journée l’Association APHL SPORT et l ’Association J.A.S. vous convie à un verre de l’amitié à partir de 18h00 à 19h00.
Venez nombreux découvrir les activités sportives de l’APHL SPORT.
Buvette et ambiance conviviale.
Les familles sont bien sûr cordialement invitées.
Vous découvrirez que les activités proposés sont variées. Tous les adhérents font preuve d’une grande motivation, tant pour l’animation que la mise en place d’activités. Soyez certain(e) que vous serez accueilli(e) à bras ouverts, dans une bonne ambiance.
Si des questions subsistent concernant l’association, nous nous tenons naturellement à votre disposition.


  • 0
Paul LEBRETON

Inauguration ESAT Paul-Lebreton Site des Foulons le 24 mars 2017

Category : Articles APHL

IMG_4025

Plaque hommage à Paul-Lebreton dévoilée par Jean-Claude DION

IMG_4028

Hommage rendu à Paul LEBRETON par Jean-Claude DION, Président de l’APHL

Membre fondateur de l’APHL en 1974 avec Paul CADOT, Paul LEBRETON, Président d’honneur de notre Association, nous a quitté en novembre 2014.

Il aura été jusqu’aux derniers jours de sa vie un acteur majeur des politiques sociales et du développement des équipements en faveur des personnes handicapées.

Homme d’une grande ouverture, de dialogue et de convictions, il aura permis pendant plus de 50 ans, par ses compétences, sa vision prospective du secteur médico-social, sa relation de confiance et son sens de l’humain : d’unir, de rassembler les Associations pour fédérer et développer une dynamique inter-associative porteuse d’idées, permettant ainsi la création de structures ayant pour seul objectif l’intérêt des personnes handicapées.

C’est en ce sens, et en son hommage que l’Association APHL a décidé de dédier à sa mémoire « l’ESAT APHL Paul-Lebreton » pour l’ensemble des 3 sites.

IMG_4035

Ruban d’inauguration coupée par Madame LEBRETON

IMG_4053 IMG_4051 IMG_4038IMG_4020

Visite de l’ESAT Paul-Lebreton Site des Foulons.

IMG_3810

Discours d’inauguration par Jean-Claude DION

INAUGURATION  ESAT PAUL-LEBRETON

SITE DES FOULONS

Le vendredi 24 mars 2017

*************

Chère  Madame LEBRETON,

Monsieur le SENATEUR,

Madame la Vice-présidente du Conseil départemental, Présidente de la commission  Handicap, personnes  âgées, et enfance.

Madame la Conseillère départementale  du Canton de Fleury les Aubrais,

Madame le Maire Adjoint,  Mairie de Fleury les Aubrais en charge de  la Santé et du secteur social,

Madame la Directrice territoire ARS Loiret,

Mesdames Messieurs les Présidents d’Associations,

Mesdames Messieurs les Directeurs d’Etablissements,

Mesdames  Messieurs les représentants des CVS,

Mesdames,  Messieurs, Chers  Amis,

L’Association APHL est heureuse de vous accueillir à l’ESAT Paul-Lebreton  Site des Foulons et vous remercie de votre  présence nombreuse.

L’APHL, c’est 43 années d’existence, une longue histoire au service des personnes handicapées.

Dès l’origine, la pluralité des handicaps constituera une ligne identitaire  prépondérante   traduite dans le nom que s’est donné l’Association.

L’APHL, a été  créée le 12 mars 1974  par Paul CADOT, Directeur Général  de L’ADAPEI et Paul LEBRETON, Directeur du CREAI.

L’Association, née de la volonté de ses fondateurs, avec le concours de la DDASS , de la CRAM et de la DDTEFP, s’est attachée dès sa création à rechercher une harmonisation des politiques départementales et à dynamiser le réseau associatif concerné par les personnes handicapées. Cette mission a permis une réflexion collective sur les besoins des personnes handicapées adultes du Loiret, de remédier à une carence d’équipements les concernant et être une instance de régulation entre les politiques sociales et les initiatives associatives.

A la demande de ses adhérents, cette mission conduite jusqu’en 2010 a été déléguée à l’URIOPSS Centre par la création de la Commission Départemental du Handicap dans le Loiret (CDHL) elle-même rattachée à la Commission Régionale du Handicap.

Cette fonction initiée par l’APHL demeure  indispensable pour poursuivre et structurer la réflexion entre les Associations, pour améliorer les réponses aux besoins des personnes Handicapées du Loiret et être force de propositions auprès des pouvoirs publics en s’inscrivant dans une démarche de co-construction.

Aujourd’hui, l’APHL accueille au sein de ses cinq Etablissements et services plus de 400 personnes adultes handicapées accompagnées par 235 salariés.

En 2010, les Associations AEFH, APHL, ISAMBERT SAGESSE et SESAME  AUTISME LOIRET, ont la volonté de mettre en commun des compétences et de mutualiser des moyens en vue de renforcer la capacité d’adaptation des établissements et services aux besoins des personnes accompagnées. Démarré  en janvier 2011 sous forme associatif : Association du Loiret pour la Mutualisation de moyens au service de la personne HAndicapée (ALMHA), ce groupement vient d’évoluer vers la constitution d’un Groupement de Coopération Social et Médico-Social (GCSMS) regroupant nos 4 associations depuis janvier 2017. La création de ce groupement s’inscrit dans une pratique historique de travail en commun.

L’ESAT Paul-Lebreton accueille sur l’ensemble de ses trois sites 182 personnes adultes handicapées dans le cadre d’un projet de parcours professionnel, d’insertion sociale et d’épanouissement. A ce jour, nous attendons depuis 2012 le financement de 5 places supplémentaires autorisées, puisque sur les 17 places  autorisées à cette époque, 12 ont été seulement financées. Ces 5 places permettraient de constituer une équipe supplémentaire notamment sur l’activité espaces verts

Le site des Foulons que nous inaugurons aujourd’hui a été réalisé par le Cabinet d’architecture AUTRET en lien étroit avec Monsieur Olivier MARZIO, Directeur de l’ESAT, Monsieur Alain DE MAEYER, Adjoint technique des activités espaces verts, de  Monsieur Jean-Claude FAUGOIN, Secrétaire de l’APHL et   Administrateur chargé du suivi des travaux,  ainsi que Monsieur Pascal MOREAU notre trésorier.

D’un montant global de 1 140 000.00 € HT, soit 1 368 000.00 € TTC,    construction et acquisition du terrain.

Son financement :   1 238 000.00 € par l’APHL sur les résultats excédentaires de l’activité économique de l’ESAT produite par les travailleurs handicapés et   130 000 .00 € sur le budget accordé par l’ARS Centre Val de Loire, que je remercie pour l’aide apportée  à ce projet.

Cette réalisation dont vous avez pu apprécier la qualité dans sa conception et réalisation lors de votre visite, s’inscrit dans un vaste programme de modernisation entrepris par l’APHL pour offrir  à nos travailleurs handicapés  et le personnel d’encadrement de l’ESAT des dispositifs et moyens leurs  permettant de réaliser leurs activités dans des conditions qui associent à la fois : une qualité de vie au travail et  des conditions de travail  conformes aux exigences  des règlementations professionnelles actuelles, tout en répondant au développement  économique de cette activité.

Dans la continuité de cette démarche de modernisation, d’importants  travaux sont également engagés sur le site A. Rodin à la Source  pour un montant global  de 2 500 000.00 € HT. Une première phase vient  de s’achever, elle concerne la construction d’un bâtiment de stockage avec quai de déchargement, voirie adaptée et parking. Les autres phases concerneront plus particulièrement la reconfiguration des espaces collectifs : vestiaires, sanitaires, restaurant, salle de pause, … ; mais également, les ateliers et services administratifs. Ce programme  s’étale sur quatre ans.

De même,  un programme de travaux est également engagé entre l’APHL et les services du Conseil Départemental du Loiret pour améliorer l’accueil et la qualité de vie de nos foyers de vie et foyers d’hébergement.

Cette politique de modernisation de notre ESAT , s’avère indispensable au regard  de l’évolution de la nature même des travaux abordés et confiés aux ESAT qui exigent de la part des Associations et de leurs Etablissements, de développer et mettre en œuvre des moyens, certes adaptés, mais comparables à ceux du monde de l’entreprise pour remplir leur mission sociale et économique.

Les personnes en situation de Handicap sont aussi des travailleurs compétents.

En offrant aux travailleurs Handicapés des conditions de travail et moyens pour exercer leur activité professionnelle dans de bonnes conditions, c’est  permettre à chacun de progresser dans le parcours qu’il a choisi  tout en bénéficiant d’un accompagnement professionnel et médico-social adapté à sa situation personnelle. C’est également, prendre en compte leur singularité, les reconnaitre avant tout comme des citoyens à part entière qui contribuent à la richesse économique de notre pays. C’est aussi valoriser leur compétence et leur savoir-faire ; compétence qu’ils peuvent faire reconnaitre dans le cadre du dispositif de formation différent et compétent.

Portée par L’APHL en partenariat et soutenue par la Société des Membres de la Légion d’Honneur (SMLH) l’APHL dans le cadre de ses actions, entend favoriser  l’inclusion des personnes en situation de handicap, elle souhaite également sensibiliser, développer et fortifier le lien entre le monde économique et le handicap. C’est la démarche entreprise par l’APHL depuis deux ans avec  « HANDI : CAP VERS L’ENTREPRISE ». Deux colloques ont été organisés sur ce thème, nous entendons poursuivre nos  travaux  en tissant des liens plus étroits avec les différents  réseaux du monde économique.

Avant de conclure, permettez-moi d’attirer votre attention sur la problématique de  l’accès aux soins des personnes en situation de handicap. En effet, après avoir supprimé les postes d’infirmières dans les foyers d’hébergement pour les travailleurs  d’ESAT ; ce que nous regrettons en terme de suivi et de prévention ; c’est maintenant  la Médecine du travail qui récemment nous a informé par courrier ne plus pouvoir assurer les visites médicales, pourtant obligatoires, des travailleurs handicapés faute de médecin.  Un courrier signé par l’ensemble des associations concernées  a été envoyé  via la CDHL au CIHL pour dénoncer cette situation qui n’est pas acceptable, car contraire à la règlementation du  travail, et solliciter une rencontre. Celle-ci est prévue  le 7 avril prochain.

Par ailleurs, ces situations me semblent tout à fait en contradiction avec  les préconisations de la charte Romain JACOB, portant sur l’accès aux soins des personnes handicapées, charte signée par l’ensemble des associations et partenaires en octobre 2015. Que cet engagement ne soit pas qu’un simple affichage d’intentions mais qu’il se traduise par la mise en œuvre effective d’une véritable politique de santé envers les personnes les plus fragilisées.

Pour conclure, nos remerciements à,

Monsieur Gilbert AUTRET, notre architecte et ses collaborateurs pour la conception et  la réalisation de cet ensemble,  les Entreprises pour la qualité des prestations, le respect des délais et des coûts.

Monsieur Olivier MARZIO et ses collaborateurs pour la réussite de ce projet, merci à l’ensemble du personnel de l’ESAT  pour la qualité de leur travail et leur professionnalisme, merci aux travailleurs qui par le fruit de leur travail ont contribué à la réalisation de cet ensemble.

L’ESAT pour son accueil et l’organisation de cette inauguration.

Aux administrateurs  de la commission travaux pour leur engagement, leur compétence dans l’étude  et le suivi des travaux.

Je vous remercie  de votre attention et vous convie à partager le verre de l’amitié autour du cocktail préparé par l’ESAT Restauration de l’ADAPEI  nos collègues et voisins qui eux aussi ont inauguré leurs nouveaux locaux début mars  ce qui témoigne  de la vitalité et du savoir-faire de nos Associations.

Merci à tous.

Jean-Claude DION

Président

IMG_3816

Alain DE MAEYER entouré de responsables d’entreprises ayant participé à la construction des bâtiments

IMG_3817

Echanges autour du verre de l’amitié

IMG_3814


  • 0
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ESAT Paul-Lebreton au Salon des Antiquités 2017

Category : Articles APHL

Comme chaque année les ateliers d’artisanat de l’ESAT Site Auguste Rodin étaient présents au du Salon des Antiquités et Collections d’Orléans qui s’est tenu au parc expo du 10 au 13 mars 2017.

12 travailleurs 3 moniteurs et notre décoratrice d’intérieur se sont relayés pour répondre aux questions des visiteurs et illustrer leur savoir faire par des démonstrations.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malgré une plus faible fréquentation que l’an dernier due probablement à la météo printanière de ce weekend, nous avons enregistré de nombreux contacts de clients potentiels intéressés par nos services.


  • 0

Lettre n° 5 – Mars 2017

Category : Articles APHL

Les nouvelles de l’logoaphl

 

L’édito du Président

La lettre de l’APHL évolue

La Commission communication de l’APHL fait évoluer sa « lettre d’information ». Son format plus grand, sa présentation plus aérée, sa composition d’articles assortis d’illustrations photographiques permettent la valorisation des actions conduites par les équipes et les personnes accompagnées.

Les réflexions menées ont conduit à proposer une large participation des personnes en situation de handicap tant il parait prioritaire de mettre en valeur leurs compétences et permettre la mise en œuvre dans la lettre de l’APHL de leur propre production d’informations.

Je me réjouis de cette initiative, qui tout en s’inscrivant dans une démarche pédagogique, créera  du lien entre l’association, les établissements, les équipes et les personnes accueillies. Cette lettre nouvelle formule contribuera aussi à faire rayonner l’APHL sur le territoire.

Je tiens à remercier tous les contributeurs pour leur implication et l’intérêt qu’ils ont su témoigner dans la réalisation nouvelle de notre lettre d’information.

Concernant notre association et ses établissements, deux chantiers importants vont nous mobiliser au cours de ces  prochains mois.

Ils vont définir les grandes orientations politiques et stratégiques de l’association pour les cinq prochaines années. Il s’agit de :

  • l’actualisation de notre projet associatif pour une présentation et validation à notre assemblée générale de juin 2017,
  • la mise en place d’un Contrat Pluri-annuel d’Objectifs et de Moyens (CPOM) pour 2018.

Jean-Claude DION, Président.

 

Siège, vie associative

Après la conférence débat en 2015 à la Chambre de Commerce et d’Industrie, l’APHL en partenariat avec la SMLH poursuit son objectif de faire progresser l’inclusion professionnelle et de fédérer un réseau d’entreprises pour une plus grande reconnaissance des personnes en situation de handicap.

Le 1er décembre 2016, c’est à l’université de La Poste que s’est tenue la 2e conférence sur le thème de l’inclusion professionnelle avec l’accueil de plus de 100 personnes.

Trois tables rondes autour de trois thématiques ont été animées par l’équipe de direction de l’ESAT pendant 2 heures. Elles ont abordé :

  • la préparation à l’entrée en entreprise avec le CFAS (Centre de Formation d’Apprentis Spécialisé) et le témoignage de l’accueil d’un apprenti au sein de l’entreprise « rayon vert » ;
  • les modalités de travail possibles :
    • le travail en ESAT avec le témoignage de l’entreprise Schaeffler France à Chevilly et le site de Rodin,
    • la mise à disposition en entreprise et l’ESAT hors les murs des PEP 28,
    • l’entreprise adaptée au sein de l’entreprise FM Logistic à Saint Cyr en Val ;
  • l’accompagnement des personnes en situation de handicap vers l’entreprise et dans l’entreprise grâce au service d’emploi accompagné avec le témoignage du CAFAU de Picardie et de La Poste qui décline une politique nationale d’adaptation du poste de travail dans tous ses établissements.

La manifestation s’est poursuivie autour d’un verre et d’un buffet apprécié par tous. Les échanges ont été nombreux.

Lettre 5 - 2 Lettre 5 - 1

 

Les nouvelles des établissements

Pôle Foyers de vie / Foyer d’Accueil Médicalisé :

Strike pour les résidents de la Clairière

Une sortie Bowling a été proposée aux résidents du foyer « La Clairière » le samedi 11 mars 2017.

Nombreux ont été les volontaires car c’est une sortie qu’ils affectionnent tout particulièrement. Les encadrants ont d’ailleurs dû faire un choix quant au nombre de participants (ce sera la prochaine fois pour les autres).

Lettre 5 - 4

Une technique…

Lettre 5 - 5

…atypique !

Chacun a pu mettre en avant sa propre technique, parfois atypique, pour faire le meilleur score possible, encouragé vigoureusement par les autres.

Tous les participants ont passé une très agréable après-midi, dans la convivialité et … en musique. C’est une belle occasion de partager des moments ensemble et avec d’autres joueurs.

Lettre 5 - 6

Cette sortie sera de nouveau proposée car, chaque fois, les joueurs de tout niveau sont particulièrement motivés pour y participer.

La Clairière fête grandement la fin d’année 2016

Le 14 décembre 2016, l’ensemble de la communauté Clairoise s’est réunie dans la salle des fêtes du Centre Hospitalier Daumezon pour profiter pleinement  de la soirée, jusqu’au bout de la nuit, sur le thème du « Rock’’Roll ».

Les encadrants s’étaient mobilisés pour préparer l’accueil de plus de 100 participants… Le personnel de la cuisine avait préparé un repas à la hauteur de l’événement, servi sur des disques 33 tours d’époque et chacun avait enfilé la tenue adéquate : rebelles des sixties, colorés des seventies, révoltés des eighties… Dès 18h la musique attire les foules et « Stephan Live 45 » enchaîne les tubes derrière sa platine, ou au saxo… Les plats défilent, entrecoupés de temps de danse et de franche rigolade… Et puis les danseurs de « Viva Danse » qui étaient parmi nous enchaînent les démonstrations, entraînent résidents et encadrants dans des rocks endiablés…. Chacun sur la piste se laisse porter par l’ambiance et profite pleinement de ce moment.

Lettre 5 - 7

Une nouvelle passion voit le jour au foyer de vie Paul-CADOT,  les ECHECS :

Lettre 5 - 10

Après deux séances de découverte au sein d’un grand groupe de résidents, sept d’entre eux ont souhaité poursuivre cette activité.

Lettre 5 - 8

Et depuis le mois d’octobre, encadré par Stéphane, animateur du comité départemental du jeu d’échecs du Loiret 45, ils apprennent à jouer à raison d’une séance une bonne heure par semaine.

On remarque qu’à chaque fin de séance, ils reviennent heureux du plaisir à en découdre ensemble.

Pôle Hébergement Les Cerisiers et St Marceau :

Le comité des résidents des Cerisiers

Depuis le début de l’année 2017, un comité des résidents est installé aux Cerisiers.

Cette instance permet à tous les résidents volontaires d’aborder des sujets, de donner des idées qui peuvent intéresser tout le foyer. Ce comité s’est déjà réuni à 2 reprises. Nous allons essayer de le faire vivre une fois par mois.

Actuellement, il est piloté par la Directrice adjointe. Les sujets abordés sont multiples : des idées de sorties, de nouveaux équipements pour le foyer (porte-manteaux par exemple). Cette réunion permet à chaque résident de s’exprimer.

La Directrice adjointe aiguille sur la mise en place de ces projets : peut-il se faire ? comment savoir si tout le monde est d’accord ? quelle organisation faut-il prévoir ?…

Suite à chaque réunion, un compte-rendu est rédigé en Facile A Lire et à Comprendre (FALC)  et diffusé aux participants.

ESAT Paul-Lebreton :

Bonne retraite Monsieur LUZIN

Monsieur René LUZIN, agent de production à l’ESAT Paul-Lebreton Site Denis Papin depuis l’ouverture de cet établissement le 3 juin 1982, a fait valoir ses droits à la retraite le 1er mars dernier.

Lettre 5 - 9

Affecté à l’activité de sous-traitance industrielle (travaux de conditionnement), il aimait souligner son ancienneté à l’ESAT et par là sa participation durant 35 ans à l’effort collectif pour lequel il a bénéficié de reconnaissance de différentes formes :

en 2011, engagement réussi dans son parcours de Reconnaissance des Acquis de l’Expérience (démarche « Différent et Compétent ») dans le métier d’agent de fabrication industrielle, et en 2012 médaille du travail des 30 ans…

Ses qualités relationnelles étaient également reconnues. Souriant, apportant de la bonne humeur dans le groupe, il était très connu et apprécié par les salariés de l’entreprise FAMAR où il aimait travailler en détachement avec un moniteur et d’autres collègues de l’ESAT.

Il a également été plusieurs années élu par ses collègues représentant des travailleurs et il a notamment siégé pendant trois années, de 2013 à 2016, au Conseil de la Vie Sociale comme président de cette instance.

Très intéressé par la lecture, l’écriture et l’actualité (notamment footballistique en tant que supporter acharné du PSG), il a participé de nombreuses années à la rédaction d’articles pour le journal interne des travailleurs de l’ESAT.  Il était donc normal à notre tour de lui consacrer un article dans ce bulletin et de le remercier pour toutes ces années d’implication.

Nous avons eu le plaisir de recevoir l’une de ses sœurs à l’ESAT le 24 février dernier à l’occasion de son pot de départ.

Focus

Hommage à Paul LEBRETON

Par arrêté en date du 26 novembre 2016, l’ARS Centre-Val De Loire a autorisé le regroupement des deux ESAT gérés par l’APHL (ESAT « Denis Papin  » et ESAT « Auguste Rodin ») en un seul établissement  dorénavant appelé APHL ESAT Paul-LEBRETON.

Paul LEBRETON

Membre fondateur de l’APHL en 1974, Paul LEBRETON, Président d’honneur de notre association, nous a quittés en novembre 2014.

Il aura été jusqu’aux derniers jours de sa vie un acteur majeur des politiques sociales et du développement des équipements en faveur des personnes handicapées.

Homme d’une grande ouverture, de dialogue et de convictions, il aura permis pendant plus de 50 ans, par ses compétences, sa vision prospective du secteur médico-social, sa relation de confiance et son sens de l’humain, d’unir, de rassembler les associations pour fédérer et développer une dynamique inter-associative porteuse d’idées, permettant ainsi la création de structures ayant pour seul objectif l’intérêt des personnes handicapées.

Revue de presse

Lettre 5 - 3

Agenda

Le 9 juin 2017 : journée portes ouvertes à l’ESAT  APHL Paul-LEBRETON site A. Rodin à la Source, avec inauguration du nouveau bâtiment de stockage.

Le 27 juin 2017 : assemblée générale de l’APHL.

 


  • 0
DSC03112

Handi. : Cap vers l’Entreprise – le 1er décembre 2016

Category : Articles APHL

logoaphlJean-Claude DION,

Président de l’Association pour l’Accompagnement des Personnes Handicapées dans le Loiret

 

SMLH LogoBernard DIDIER,

Président de la Société des membres de la Légion d’Honneur du Loiret

 

Seraient très honorés de votre présence à la rencontre entre les acteurs économiques du Loiret, les personnes handicapées et acteurs sociaux

« Handi : cap vers l’entreprise »

Les personnes en situation de handicap sont aussi des travailleurs compétents

 

Jeudi 1er décembre 2016 à 17H00

à l’Université de la Poste – rue du Brésil 45000 Orléans

SMLH « L’HONNEUR EN ACTION »

« HANDI : CAP VERS L’ENTREPRISE 2016 »

« Les personnes en situation de handicap sont « aussi » des travailleurs compétents »

12 JANVIER 2017

DSC03148  

Monsieur le Président de la Société des Membres de la Légion d’Honneur, Mesdames, Messieurs,      

L’Association Pour l’Accompagnement des Personnes en situation de Handicap dans le Loiret qui accompagne  450 personnes handicapées, et dont je suis vice-présidente, la Société des Membres de la Légion d’Honneur du Loiret présidée par BERNARD DIDIER ici présent et son Comité d’Orléans animé par ANNE-MARIE ODUNLAMI, nous militons  ensemble pour faire progresser le recrutement en milieu ordinaire de travail des personnes handicapées mentales, physiques, psychiques.

Nous savons tous combien l’inclusion sociale et professionnelle des personnes handicapées est un parcours du combattant pour les intéressés combien même ils sont formés, compétents, mais c’est aussi un challenge difficile pour les chefs d’entreprises qui doivent lever beaucoup d’obstacles.

L’un d’eux et non des moindres, est de faire accepter la différence au sein des équipes de travail, comme au sein de notre société d’ailleurs, alors que des lois fondatrices sont venues au secours de ces citoyens trop longtemps considérés comme de seconde zone .

Très sensible à cette question de société, j’ai décidé d’apporter ma contribution de légionnaire pour faire évoluer les mentalités dans ce domaine. En plein accord avec les fondements et valeurs de « l’Honneur en Action », J’ai donc porté dans ce cadre, depuis trois ans ce projet intitulé en 2016  «  les personnes en situation de handicap sont « AUSSI »  des travailleurs compétents «

Notre objectif a été de fédérer un réseau d’acteurs concernés durablement par notre projet et de les aider à mieux se connaitre et in fine à collaborer ensemble pour réussir le processus d’intégration professionnelle des personnes handicapées.

DSC03112DSC03133DSC03145

Nous y sommes parvenus. Le 1er décembre 2016 à l’Université de la Poste, à ORLEANS, en introduction de la journée mondiale du handicap , nous avons réuni 130 participants* dont des chefs d’entreprises de niveau national, mais aussi de moyennes et petites entreprises du Loiret et le secteur social et médicosocial en présence d’élus et de la presse. Nous avons été soutenus par le Préfet Jean-Christophe PARISOT de BAYARD en responsabilité nationale  sur le handicap et que nous avions rencontré à Montpellier.

Les contributeurs de nos trois tables rondes, issus de plusieurs territoires de notre hexagone ont fait partager à l’assistance des exemples d’inclusion professionnelle de handicapés qui peuvent être aisément reproduits. Les retours sont encourageants.

Nous pouvons donc considérer que notre objectif a été provisoirement atteint, je dis bien provisoirement car il nous faut poursuivre notre action, fidéliser et étoffer le réseau  constitué dans le Loiret. Avec le concours de Jean-Claude DION, éminent Président de notre association APHL que j’ai déjà nommée, nous projetons la création d’un dispositif de collaboration  spécifique entre les établissements médico sociaux d’aide par le travail que nous gérons et des entreprises de la métropole orléanaise.

Pour mener cette action, j’ai été soutenue avec constance et amitié par Bernard DIDIER notre président départemental de la SMLH. Je lui adresse toute ma gratitude. Monsieur le Président, je remercie vivement la SMLH de m’avoir permis dans le cadre de « l’honneur en action » la concrétisation de ce projet qui me tient particulièrement à cœur, au service des plus vulnérables d’entre nous et vous me voyez très émue d’être ici aujourd’hui, tant je recherche habituellement à rendre des services à notre société dans la discrétion. Merci.

 

*(La Poste, des  représentants de parcs d’activité, des élus, des banques, des unions et fédérations d’associations du secteur social et médicosocial, des acteurs sociaux, des représentants de la société civile handicapés ou valides, du Conseil économique social et environnemental de la Région Centre Val de Loire, un économiste universitaire non voyant, des personnes qualifiées, les dirigeants de l’Institut régional de formation en travail social, la presse)

 

Dominique LORENZI-BRY, Vice- Présidente de l’Association APHL

Porteuse du Projet « Les personnes en situation de Handicap sont aussi des travailleurs compétents »

Secrétaire de l’URIOPSS Centre Val de Loire

Administratrice de l’ARDEQAF

Chevalier de la Légion d’Honneur, Membre de la SMLH

Remise Prix SMLH Remise Prix SMLH 2 photo 1 photo photo 2 photo 4


  • 0
conf 15 09 2016 4

Conférence-débat sur la « Succession et donation » et le « Fonctionnement de l’aide sociale départementale et modalités de récupération » du 15 septembre 2016

Category : Articles APHL

Introduction des travaux par M. Jean-Claude Dion, Président de l’APHL.

Madame, Messieurs, chers amis,

Merci de votre présence nombreuse. Le thème qui nous réunit ce soir, « succession et donation, fonctionnement de l’aide sociale départementale et modalités de récupération » a pour objet d’apporter un éclairage et des réponses aux questions que se posent les familles vis-à-vis de leurs proches ou enfants handicapés.

En effet, chacun de nous s’est sans doute déjà interrogé sur ce qu’il adviendrait des personnes qui nous sont chères après notre décès.

Cette question se pose d’autant plus en ce qui concerne les personnes en situation de handicap. Que va-t-il en advenir de sa situation après le décès de ses parents ? La plupart des familles ayant un enfant handicapé se pose la question et s’en soucie.

Si la première préoccupation est bien sûr de prévoir quel sera son lieu de vie et qui s’occupera de lui ?

La seconde tout aussi importante sera comment assurer et préserver à l’enfant des ressources suffisantes, sûres et faciles à gérer afin de pouvoir  prendre en compte le projet de vie de l’enfant.

La transmission du patrimoine pour les parents d’enfants en situation de handicap à toute son importance puisque les ressources et les allocations sont soumises à des règles spécifiques.

conf 15 09 2016 1

En effet, une succession, une augmentation de patrimoine de la personne en situation de handicap peut avoir des incidences sur ses allocations.

Par ailleurs, la fiscalité de l’épargne et des successions, la protection d’un conjoint, des frères et sœurs, le bénéficie des aides sociales départementales dès lors que celles-ci contribuent au frais d’hébergement de la personne handicapée (en foyer de vie, foyer d’accueil médicalisé, foyer d’hébergement, les aides à domicile), leurs risques de récupération sont autant de données à prendre en compte avant de définir les moyens à mettre en œuvre pour assurer des revenus à l’enfant.

 En conséquence, il apparaît donc important de connaitre les règles de base en matière de succession et donation, de même, de connaitre le fonctionnement de l’aide sociale départementale et les modalités de récupération.

 Pour aborder ces deux thèmes, nous aurons deux tables rondes avec des temps d’échanges, je remercie au préalable tous les intervenants, animateurs et représentants des conseils de la vie sociale d’avoir accepté de participer à cette conférence débat en apportant selon la spécialité de chacun dans son domaine d’intervention un éclairage mais aussi des éléments de réponse aux questionnements des familles.

 Je remercie également la municipalité de Fleury les Aubrais qui a mis à disposition la salle qui nous accueille ce soir.

 1ère Table ronde : SUCCESSION ET DONATION

conf 15 09 2016 2

  1. Jean-Paul Guichard, Directeur Général, présente les intervenants de la première table ronde qui a pour thème « Succession et donation », qui sera animé par Mme Laetitia Helion, Directrice adjointe sociale du pôle ESAT
  • Maître Gaëlle Montenon, Notaire
  • Pierre Oiknine des services patrimoniaux du Crédit Coopératif, qui présente l’activité patrimoniale du Crédit coopératif.
  • Henri Gaumont de l’UDAF
  • Daniel Mas et Mme Christiane Sikora, représentants des conseils de la vie sociale (CVS)

Qui sont les héritiers d’une personne ?

Intervention de Maître Gaëlle Montenon, Notaire

  • Si une personne décède, tous ses enfants sont héritiers au même niveau
  • Si une personne décède et n’a pas d’enfant, on remonte au parent (1/4 père, ¼ mère, et le reste est partagé entre les frères et sœurs)
  • Si une personne décède sans parent, sans enfant : on procède en degré et on recherche son plus proche partent. On parle de « proximité de degré ».
Les héritiers : ordres et degrés
1er ordre : les descendants 2e ordre : ascendants et collatéraux privilégiés 3e ordre : ascendants ordinaires 4e ordre : collatéraux ordinaires
1er degré Enfants Parents
2e degré Petits-enfants Frères et sœurs Grands-parents
3e degré Arrières petits-enfants Neveux et nièces Arrières grands-parents Oncles et tantes
4e degré Cousins germains

Qu’est-ce qu’on met dans la succession ?

Une personne décède avec 3 enfants. Son patrimoine revient pour 1/3 à chacun des 3 enfants, quel que soit le statut de l’enfant. On peut modifier cet équilibre mais pas complètement. Dans la succession, il y a  la réserve (part de la succession qui doit obligatoirement revenir aux enfants) et la quotité disponible que je peux transférer à qui je veux.

Légalement, la quote-part de succession protège les héritiers réservataires.

En effet, la loi impose la transmission obligatoire d’une partie du patrimoine du défunt aux enfants.

Les enfants sont des héritiers réservataires.

La réserve héréditaire est la part qui revient aux enfants et dont le défunt ne peut pas disposer librement.

Les enfants se partagent la réserve héréditaire à parts égales, le défunt peut disposer librement de la quotité disponible (au profit d’un héritier ou d’un tiers).

Héritiers réservataires : calcul de la réserve héréditaire
Le défunt laisse : Réserve héréditaire Quotité disponible
1 enfant ½ du patrimoine ½ du patrimoine
2 enfants ⅔ du patrimoine ⅓ du patrimoine
3 enfants et + ¾ du patrimoine ¼ du patrimoine

Quelle protection pour son conjoint lors d’une succession ?

  • Séparation de biens ou régime de la communauté :

Les époux mariés sous le régime de la séparation de biens disposent de biens personnels. Chacun possède son propre patrimoine et dispose des pleins pouvoirs sur ces biens personnels. Il existe une indépendance des patrimoines. Les époux restent propriétaires des biens acquis avant le mariage, pendant le mariage, reçu par donation ou succession, de ses revenus … Dans le régime de la séparation de bien, les biens acquis avec le conjoint sont acquis sous le régime de l’indivision en fonction de la quote-part de financement de chacun des époux.

Les époux mariés sous un régime communautaire disposent eux de biens communs et de biens propres. Les biens communs sont les biens acquis par le couple pendant le mariage avec leurs salaires et autre revenus (y compris les biens acquis avec les revenus des biens propres). Les salaires et les revenus des biens propres sont considérés comme des biens communs aux époux. Les biens propres sont les biens que les époux disposaient avant leur mariage, ou qu’ils ont acquis pendant le mariage par donation ou succession. Ces biens restent propres, c’est à dire que l’époux propriétaire sera le seul décisionnaire quant à l’administration et la gestion de ce patrimoine. Attention, faute de prouver son caractère de bien propre, tout bien, meuble ou immeuble, est réputé acquêt de communauté.

  • Succession : ce qui revient au conjoint

Avec l’héritage le conjoint survivant reçoit une partie du patrimoine de son époux défunt.

La part qui lui revient dépend des cas :

Cas Part du conjoint survivant
En présence d’enfants Le conjoint survivant reçoit au décès de son époux la totalité du patrimoine du défunt en usufruit ou ¼ en pleine propriété.
En présence d’ascendants Le conjoint survivant reçoit ½ ou les ¾ du patrimoine du défunt en pleine propriété.
En présence de frères et sœurs Le conjoint survivant recueille la totalité de la succession.

On peut venir modifier ces équilibres par donation du vivant ou par testament.

Qu’est-ce que la RAR  – Renonciation à l’action en réduction ?

La loi permet d’aménager les règles relatives à la réserve héréditaire dans le cadre d’un pacte successoral. En effet, il est possible pour un enfant de renoncer à exercer l’action en réduction pour atteinte à sa réserve avant le décès de son parent.

Ce pacte permet notamment à des grands-parents de transmettre leurs biens directement à leurs petits-enfants, voire à des parents de protéger un enfant handicapé ou de privilégier certains de leurs enfants par rapport aux autres….

  • Qui peut faire cette renonciation ?

Ce sont les héritiers réservataires présomptifs du futur défunt (exemple : les enfants). Par cette convention, ils renoncent à tout ou partie de leurs droits dans la succession.

Le fait de renoncer à exercer l’action en réduction à l’encontre des éventuelles donations portant atteinte à leur réserve ne leur enlève pas la qualité d’héritier (contrairement à la renonciation à la succession).

  • Qui sont les bénéficiaires de la renonciation ?

Les bénéficiaires de la renonciation doivent obligatoirement être déterminés dans l’acte de renonciation. Il peut s’agir d’un enfant, petit-enfant, …

  • Quand et comment renoncer ?

La renonciation doit être établie du vivant du donateur (par exemple le parent), par un acte authentique reçu par deux notaires (le deuxième étant désigné par le Président de la chambre des notaires) à peine de nullité.

La signature de l’acte a lieu en la présence des seuls notaires.

L’héritier réservataire renonçant doit fournir un consentement libre et éclairé. C’est pourquoi le notaire doit s’assurer que l’héritier renonçant comprenne précisément les conséquences juridiques de sa renonciation, lesquelles sont expressément indiquées dans l’acte.

Le renonçant n’est engagé qu’à compter de l’acceptation de la renonciation par celui dont il est l’héritier présomptif (par exemple, son parent).

Enfin, la renonciation ne peut pas être conditionnée par une contrepartie (exemple : obligation d’exécuter une charge pour le futur défunt).

  • A quoi renonce-t-on ?

L’héritier réservataire peut renoncer à exercer l’action en réduction dans plusieurs cas :

– en cas d’atteinte à la totalité de sa part de réserve ;

– en cas d’atteinte portée à une partie de sa réserve (1/4 par exemple) ;

– relativement à une libéralité (donation ou legs) portant sur un bien déterminé.

  • Quels sont les effets de la renonciation ?

La renonciation à l’action en réduction pour atteinte à la réserve ne constitue pas une libéralité. Cela signifie que le bénéficiaire (exemple : le petit-enfant) de la renonciation est réputé avoir reçu les biens directement du disposant (exemple : le parent) et non pas du renonçant (exemple : l’enfant).

Le renonçant est quant à lui, totalement ou partiellement écarté de la succession.

Qu’est-ce que le legs graduel et le legs résiduel ?

Une donation (ou un legs) graduel ou résiduel consiste en une transmission en 2 temps : dans l’acte de donation (ou dans votre testament), vous indiquez qu’au décès d’un 1er bénéficiaire, le bien donné (ou légué) sera transmis à un 2nd bénéficiaire (que vous désignez).

  • Donation ou legs graduel

L’acte de donation ou le testament donne à votre 1er bénéficiaire une double obligation :

  • Conserver les biens transmis
  • Les transmettre, à son décès, à un 2nd bénéficiaire que vous avez préalablement désigné dans l’acte

Par exemple, afin de maintenir certains bijoux dans la famille, une mère les lègue à sa fille, à charge pour celle-ci de les conserver et de les remettre à ses propres enfants.

  • Donation ou legs résiduel

L’acte de donation ou le testament n’impose pas à votre 1er bénéficiaire de conserver les biens.

Il doit simplement transmettre ce qu’il en reste à un 2nd bénéficiaire que vous avez préalablement désigné dans l’acte.

Par exemple, pour garantir un logement à son fils en situation de handicap, un père lui donne un appartement et désigne son frère comme 2nd bénéficiaire. Si le fils en situation de handicap ne peut plus entretenir l’appartement, il pourra le vendre.

Quels sont les 3 principes qui protègent les majeurs protégés ?

Intervention de M. GAUMONT de l’UDAF 45

Les possibilités de protection juridique d’un majeur ne doivent être utilisées qu’en dernier recours. En effet, bien qu’elles soient prononcées dans l’intérêt du majeur, elles restreignent par définition son autonomie civile (ce que l’on appelle généralement sa « capacité » d’où le terme utilisé avant la réforme de « majeur incapable »). Une telle restriction doit être limitée au strict nécessaire et pour s’en assurer la loi pose dans l’article 428 du Code Civil trois principes fondamentaux : la nécessité, la subsidiarité et la proportionnalité.

  • Le principe de nécessité conduit à exiger un certificat médical pour la mise en place d’une mesure.
  • Le principe de subsidiarité se retrouve de la manière la plus explicite qui soit dans l’article 440 : « La curatelle n’est prononcée que s’il est établi que la sauvegarde de justice ne peut assurer une protection suffisante. […] La tutelle n’est prononcée que s’il est établi que ni la sauvegarde de justice, ni la curatelle ne peuvent assurer une protection suffisante. »
  • Le principe de proportionnalité induit l’article 471 (« A tout moment, le juge peut, par dérogation à l’article 467, énumérer certains actes que la personne en curatelle a la capacité de faire seule ou, à l’inverse, ajouter d’autres actes à ceux pour lesquels l’assistance du curateur est exigée. ») et l’article 473 ( » […] le juge peut, dans le jugement d’ouverture ou ultérieurement, énumérer certains actes que la personne en tutelle aura la capacité de faire seule ou avec l’assistance du tuteur. »)

Enfin, au-delà de la seule loi, chaque curateur et tuteur devra avoir à cœur d’appliquer au quotidien ces principes respectueux de la personne protégée.

Quelles sont les différentes mesures de protection ?

La loi définit 3 régimes principaux destinés à assurer la protection des majeurs :

  • La sauvegarde de justice est un régime provisoire

Une telle mesure peut être instituée préalablement à l’organisation d’un régime de protection durable ou mise en œuvre pour le majeur atteint d’une altération provisoire de ses facultés personnelles.

  • La curatelle est un régime d’assistance

Il permet de protéger le majeur qui a seulement besoin d’être assisté et contrôlé dans les actes les plus importants de la vie civile. Le majeur protégé reste le principal moteur des actes réalisés. Mais en imposant la double signature du majeur protégé et du curateur pour la réalisation des actes importants, ce régime permet d’éviter tout dérapage ou influence malhonnête.

  • La tutelle est un régime de représentation

Il permet de protéger le majeur qui doit être représenté de façon continue dans la plupart des actes de la vie civile. Il permet au tuteur de réaliser seul les actes de la vie civile pour le compte du majeur protégé. Celui-ci ne pouvant contrôler l’activité du tuteur, ce contrôle est assuré par le juge des tutelles dont l’accord préalable est nécessaire pour tous les actes importants.

Comment interviennent les associations telles que l’UDAF ?

La loi française donne la priorité à la famille pour exercer les mesures de protection. Seulement par défaut, le juge désigne un tiers (ex UDAF) mais il y a un coût (selon les revenus).

On se demande d’abord ou est l’intérêt de la personne protégée. Nous gérons le patrimoine d’une manière équilibrée. Dans les 3 mois, on effectue un inventaire du patrimoine. S’il est important ou complexe, on peut faire appel à des compétences. Dans l’exercice des mesures de protection, on s’occupe de toute la vie de la personne, on a toujours besoin de l’expertise des autres (notaires, hôpital, gestionnaire de patrimoine).

Qu’est-ce que l’aide aux tuteurs familiaux ?

Ce dispositif aide les familles dans les démarches qui incombent en tant que tuteur. Des associations, telles que l’UDAF par exemple, organisent des réunions de tuteurs sur une thématique, ce qui leur permet d’échanger et de s’informer.

Qu’est-ce que le mandat de protection future ?

C’est un contrat qui permet à un individu (le mandant) d’organiser à l’avance la protection de sa personne ou celle de ses biens. Concrètement, le mandant charge une ou plusieurs personnes de son choix de faire les actes nécessaires à sa protection lorsqu’il ne sera plus en état physique de le faire. Cette protection peut concerner son patrimoine et sa personne ou seulement l’un des deux.

Un second cas de mandat de protection future est prévu pour autrui. En effet, les parents sont également autorisés à désigner un ou plusieurs mandataires chargés de représenter leur enfant majeur à leur place. Cette désignation ne prend pas effet immédiatement. Elle jouera qu’à compter du jour où le dernier des parents décédera ou ne pourra plus prendre soin de l’enfant devenu majeur.

En pratique le mandat de protection future pour autrui peut être établi en vue de protéger un enfant dont les parents craignent que son état mental ou physique ne se dégrade au fil du temps.

Il est à noter que le mandat de protection future pour autrui est réservé aux parents au profit de leur enfant. Il n’est pas possible d’envisager un mandat de protection future pour protéger un frère ou une sœur ou pour protéger un conjoint.

Le mandat de protection future peut être donné par acte notarié ou sous seing privé.

Qu’est-ce que l’habilitation familiale ?

Elle permet aux proches d’une personne incapable de manifester sa volonté de la représenter dans tous les actes de sa vie ou certains seulement, selon son état.

L’habilitation familiale n’entre pas dans le cadre des mesures de protection judiciaire, même si elle nécessite l’intervention d’un juge, car, une fois la personne désignée pour recevoir l’habilitation familiale, le juge n’intervient plus contrairement à la sauvegarde de justice, la tutelle ou à la curatelle.

La personne demandant l’habilitation doit demander au juge, directement ou par le biais du procureur de la République, l’autorisation d’exercer l’habilitation familiale sur la personne qui n’est pas en mesure de protéger ses intérêts.

La personne habilitée exerce sa mission à titre gratuit.

Cette mesure est entrée en vigueur au 1er janvier 2016. De fait, elle n’est pas encore très connue et on a peu de recul.

2ème table ronde : FONCTIONNEMENT DE L’AIDE SOCIALE DEPARTEMENTALE ET MODALITES DE RECUPERATION

Jean-Paul Guichard présente les intervenants de la seconde table ronde qui a pour thème « Fonctionnement de l’aide sociale départementale et modalités de récupération », qui sera animé par M. Eric Fulloy, Directeur du foyer de vie Paul-Cadot :

conf 15 09 2016 3

  • Mme Dominique Billard du Conseil départemental du Loiret
  • Mesdames Angélique Thierry et Sandrine Barthon de l’APAJH 45
  • Johan Priou, Directeur de l’URIOPSS Centre-Val de Loire
  • Daniel Mas et Mme Christiane Sikora, représentants des CVS (conseil de la vie sociale)

Qu’est-ce que l’aide sociale à l’hébergement ?

Le Conseil départemental peut prendre en charge les frais de séjour des personnes handicapées.

Pour en bénéficier, il faut en principe :

  • résider de manière stable et régulière sur le territoire français ;
  • disposer de ressources insuffisantes pour faire face à ses frais d’hébergement et d’entretien en établissement.

C’est le département du domicile de secours de la personne hébergée qui prend en charge la partie du coût de l’hébergement en foyer que la personne handicapée ne peut assumer avec ses seules ressources personnelles.

Pour cela, il  faut constituer un dossier d’aide sociale. La demande d’aide sociale doit être effectuée auprès du Centre communal ou intercommunal d’action sociale (CCAS), ou à défaut à la mairie du lieu de résidence du demandeur.

Le CCAS est chargé d’établir le dossier, de rassembler les pièces utiles. Il doit transmettre le dossier dans le mois qui suit la demande au président du Conseil départemental. Ce sont ses services qui instruisent la demande. La décision d’admission relève en effet de la compétence du président du Conseil départemental. Elle doit être motivée et notifiée au demandeur.

Les délais de traitement peuvent être longs aussi le Conseil départemental du Loiret invite à anticiper les demandes de renouvellement autant que possible.

Qu’est-ce que la récupération de l’aide sociale ?

L’aide sociale est précaire et récupérable, il s’agit d’une avance attribuée en fonction d’un besoin : dans l’hypothèse où ce besoin cesse, son versement cesse également et la loi prévoit que les sommes précédemment versées sont susceptibles de récupération.

Le principe de récupération est énoncé à l’article L.132-8 du Code de l’action sociale et des familles et doit être repris pour chaque département, dans le règlement départemental d’aide sociale qui en fixe les modalités.

Extrait du règlement d’aide sociale du Loiret

07 – Les modalités de récupération

Date de dernière mise à jour 21/05/2015
REFERENCES
Art. L132-8 du CASF

Art. R. 132-11 et R.132-12 du CASF
Délibération n°C03 de mars 2008 du Conseil départemental approuvant le présent règlement

LES CARACTERISTIQUES

Afin de récupérer les avances accordées au titre de l’aide sociale, des recours sont exercés par le Département contre :

  1. le bénéficiaire revenu à meilleure fortune,
  2. la succession du bénéficiaire
  3. le donataire, lorsque la donation est intervenue postérieurement à la demande d’aide sociale ou dans les dix ans qui ont précédé cette demande,
  4. le légataire.

Les modalités d’exercice ou non selon les cas de ces recours sont précisées pour chacune des prestations ou allocations et sont reprises dans la fiche « tableaux récapitulatifs en matière de récupération et d’hypothèque » du présent règlement.

Les recours sont exercés dans tous les cas dans la limite du montant des prestations ou allocations allouées au bénéficiaire de l’aide sociale

Récupération pour retour à meilleure fortune du bénéficiaire

Le retour à meilleure fortune s’entend d’un évènement nouveau qui améliore la situation du bénéficiaire, de telle manière que, non seulement il n’est plus dans une situation de besoin, mais il dispose de ressources suffisantes pour rembourser les prestations perçues jusque-là.

Il s’agit donc d’une augmentation substantielle du patrimoine de l’individu et des ressources qu’il en tire effectivement ou selon une évaluation fictive. Il peut s’agir de : revenus salariaux supplémentaires (salaires, pensions, bénéfices industriels et commerciaux, revenus agricoles, gratifications…), de revenus patrimoniaux supplémentaires (legs, dons, héritage, revenus du capital et de l’épargne, gains importants au jeu, mariage…).

Une simple modification de la structure du patrimoine imputable à la vente d’un immeuble appartenant déjà au bénéficiaire au moment de l’admission à l’aide sociale, n’est pas en elle-même constitutive d’un retour à meilleure fortune dès lors qu’elle n’augmente pas la valeur du patrimoine de l’intéressé.

Récupération auprès du donataire

Le recours s’exerce uniquement lorsque la donation est intervenue postérieurement à la demande d’aide sociale ou dans les 10 ans précédant cette demande.

Le recours est exercé jusqu’à concurrence de la valeur des biens donnés par le bénéficiaire de l’aide sociale, appréciée au jour de l’introduction du recours, déduction faite, le cas échéant des plus-values résultant des impenses ou du travail du donataire.
Le recours contre donataire s’applique quel que soit le montant de la donation, quelle qu’en soit la nature (bien meuble ou immeuble) et qu’il y ait ou non un lien de parenté entre le donateur et le donataire.
Récupération auprès du légataire

En cas de legs, le recours est exercé jusqu’à concurrence de la valeur des biens légués au jour de l’ouverture de la succession.

Récupération auprès de la succession

Le recouvrement sur la succession du bénéficiaire s’exerce dans la limite de l’actif net successoral et à hauteur du montant des prestations allouées au bénéficiaire de l’aide sociale.


LES MODALITES

Le Président du Conseil départemental peut décider, en fonction des circonstances de fait justifiées par les parties, la récupération totale, partielle ou l’exonération des sommes avancées par l’aide sociale. Il peut également décider le report de tout ou partie de la récupération (au décès du conjoint survivant, à la réalisation de la vente d’un immeuble constituant l’actif de succession,…). La décision du Président du Conseil départemental est susceptible de recours devant la commission départementale d’aide sociale.

Tableau récapitulatif des recouvrements

tab

 

Qu’est-ce que pour le Conseil départemental du Loiret, « une charge effective et constante » ?

En effet, il est stipulé que le Conseil départemental n’effectuera pas de démarche en recours sur successions « sauf si les héritiers sont le conjoint, les parents, ou la personne ayant assumé la charge effective et constante de la personne handicapée ». Le Conseil départemental est interpellé pour savoir quels critères sont employés pour définir « la charge effective et constante ». La réponse est peu précise, est évoqué simplement le recueil de témoignages et un retour d’expérience d’un notaire ayant constitué un volumineux dossier comprenant témoignages et photos.

Le Conseil départemental conclut en insistant sur la nécessité d’anticiper les demandes de renouvellement et invite les personnes ayant des difficultés à remplir leur dossier à les contacter.

Quelles sont les ressources prises en compte dans le calcul au titre de l’aide sociale ?

Les demandeurs et bénéficiaires de l’aide sociale   sont amenés à remplir des déclarations de ressources, plus ou moins précises et détaillées selon les départements. Cette démarche fait appel à la bonne foi des intéressés. Par souci de transparence et afin d’éviter d’éventuelles erreurs, il est conseillé de déclarer l’ensemble de ses revenus et de ses capitaux au Conseil général. Cela étant, il convient de veiller à ce que les services des départements ne fassent pas une utilisation illégale de ces informations (voir ci-dessous).

Les ressources en principe prises en compte sont les suivantes :

  • l’ensemble des revenus professionnels et autres, qu’ils soient ou non imposables, par exemple l’AAH, la rémunération du travail en ESAT  , les intérêts des livrets A ou des CODEVI, etc ;
  • la valeur en capital des biens non productifs de revenus (sauf celle de l’habitation principale) qui est évaluée dans des conditions spécifiques. Ainsi, ces biens sont considérés comme procurant un revenu annuel égal à :
  • 50 % de leur valeur locative s’il s’agit d’immeubles bâtis ;
  • 80 % de leur valeur locative s’il s’agit de terrains non bâtis ;
  • 3 % du montant des capitaux.

Attention ! Seuls les revenus réels ou « reconstitués » comme expliqué ci-dessus peuvent être pris en compte pour décider de l’admission à l’aide sociale  . Les capitaux en tant que tels ne peuvent en aucun cas être pris en compte pour refuser cette admission. Ainsi, par exemple, un département n’a pas le droit d’exiger du demandeur qu’il épuise son épargne avant de pouvoir bénéficier de l’aide sociale.

M. Guichard conclut cette table ronde en invitant le Conseil départemental à communiquer davantage sur son règlement départemental d’aide sociale notamment en le rendant accessible à tous.

conf 15 09 2016 4

Clôture des travaux par Mme Lorenzi-Bry, vice-presidente de l’APHL.

«  Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va », Sénèque  1er siècle

J’adresse mes vifs remerciements tout d’abord aux représentants des Conseils de la Vie sociale des Etablissements et Service gérés par l’APHL et aux familles présentes ici en grand nombre. Preuve tangible s’il est besoin que le législateur a eu bien raison de permettre l’émergence de la parole et des questions fondamentales que se posent les personnes accompagnées et leurs familles.    

Aujourd’hui ces familles ont interrogées avec intérêt, pertinence mais aussi inquiétude, vous l’avez perçu, le devenir de leurs proches rendus vulnérables pour des raisons diverses. Mais il me semble utile de rappeler que leurs interrogations autour de l’avenir de leur e nfant et de sa protection nous concernent tous, touchés à un moment ou à un autre de nos parcours individuels et familiaux par la maladie, la situation de handicap, par la dépendance. Merci donc car vous permettez de faire aujourd’hui œuvre collective et fédératrice au service de la société civile.

 Je renouvelle chaleureusement mes remerciements aux contributeurs des deux tables rondes qui ont répondu favorablement pour traiter ces deux thèmes complexes et apporter leur expertise.

Juste quelques remarques pour clore ce colloque :

 1)           La confirmation que chaque situation doit être comprise dans sa singularité avec une attention durablement soutenue par les acteurs chargés d’orienter et de formuler des propositions explicites de réponses , dans une dimension d’éthique .

 2)           Le constat que les multiples et complexes  aspects du Droit successoral sont susceptibles de conduire  à la  méconnaissance de ce dernier, à des interprétations erronées, et à des choix non pertinents pour la personne en situation en situation de handicap. Je suggère que la Chambre des Notaires s’approprie cette réalité pour mettre en place des espaces de communication pour mieux prendre en compte ce constat et prolonger notre réflexion. Nous sommes disponibles pour apporter notre concours.

 3)           La perception générale que le règlement départemental d’aide sociale déterminé par le code de l’action sociale  mais aussi les choix politiques des élus de chaque mandature, se doit d’être plus accessible au citoyen, tant en terme de modalités de communication que de compréhension du sens même des décisions. Car il en va de la prise de conscience des conséquences de ce règlement pour les usagers …Rappelons-nous que la décentralisation avait pour objet principal de rapprocher dans le respect de l’égalité des Droits, les besoins des personnes et les réponses politiques et administratives. Nous savons que la valeur de la proximité entre l’administré et l’administration est aujourd’hui défendue par notre  Conseil Départemental. Dans ce sens,  en  notre qualité de tiers associatif soucieux de prendre part à l’évolution de la qualité de l’accompagnement des personnes en situation de vulnérabilité, nous proposons notre collaboration et suggérons qu’elle soit articulée sur le thème du « règlement d’aide sociale à la portée des citoyens » entre les différentes associations de notre secteur social et le département par l’Uriopss Centre Val de  Loire qui pourrait devenir la pierre angulaire de ce chantier collaboratif .

 4)           La démonstration hélas très présente encore aujourd’hui, que les discontinuités institutionnelles (qui sont aussi de notre fait, ne nous épargnons pas en dépit de nos efforts) tant administratives que juridiques, économique, financière ….accentuent le sentiment de solitude des familles en quête d’une meilleure cohérence de l’action sociale et médico-sociale dans un contexte sociétal anxiogène. Certes le processus d’amélioration est en route pour lutter contre cet émiettement préjudiciable à la qualité de l’accompagnement et à la sécurité des personnes handicapées et leurs familles. Mais la route est encore  longue et le chemin escarpé.

Alors, aujourd’hui la démonstration de nos compétences collectives ne peuvent-elles pas servir de matrice  à la poursuite du travail engagé ? Car des questions demeurent. Elles viennent de m’être transmises et nous nous devons d’y répondre.

 Merci encore à tous.